Une écologie punitive ?

Ce week-end avaient lieu partout en France des manifestations pour une vraie loi climat. Trois cents personnes ont ainsi défilé samedi à Rodez pour relayer l’appel des 150 membres de la Convention Citoyenne pour le Climat.

Les manifestants considèrent que le projet de loi « Climat et résilience » discuté à l’Assemblée Nationale à partir du lundi 29 mars est terriblement édulcoré par rapport aux propositions de la Convention citoyenne.

Pour se défendre, des élus de la majorité, nationale ou locale, caricaturent les manifestants en désignant leurs revendications comme étant de « l’écologie punitive ». Ils l’ignorent peut-être mais ce contre-slogan politique, qui permet de balayer d’un revers de main toutes critiques de leur manque d’ambition, a été crée par le Hearland Institute. Il s’agit d’un pseudo institut de recherche qui rejette la réalité du dérèglement climatique car, selon lui, lutter contre le dérèglement climatique nuirait aux libertés et à l’économie. *

Il est curieux de voir des hommes et femmes politiques s’inquiéter d’un éventuel caractère « punitif » de la transition écologique alors que ce sont les mêmes qui soutiennent une économie punitive. On sanctionne les citoyens en fermant des classes ou des lits d’hôpitaux, en dégradant le service public, en bloquant les salaires. Dernier exemple en date, la réforme de l’assurance chômage sanctionne 1,15 millions de chômeurs qui vont voir leurs allocations diminuées. Quelles fautes ont-ils commis pour être ainsi punis ?

Il est curieux aussi de voir ces élus qui s’opposent à une écologie prétendument punitive invoquer une écologie « pragmatique » qui ferait consensus auprès de tous les français. C’était précisément ce que proposait la Convention Citoyenne pour le Climat. Les citoyens tirés au sort n’étaient pas des « militants professionnels » comme dirait François de Rugy ou des « porteurs de banderoles » comme dirait Christian Teyssèdre**. Ce sont des femmes et des hommes de tous horizons qui se sont conscientisés au fur et à mesure de leurs enquêtes et de leurs rencontres avec des scientifiques et des acteurs de l’environnement. Ce sont leurs propositions qui risquent d’être appauvries par la majorité gouvernementale.

Faisons donc une Convention Citoyenne à l’échelle du pays. Donnons les mêmes informations aux citoyens et citoyennes et donnons-leur les moyens d’organiser eux-mêmes la transition écologique. On verra si sauver l’avenir de nos enfants sera vécu comme punitif.

* Arte.tv La fabrique de l’ignorance

** L’Agglo le mag #13 mars 2021

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.