Le Maccartisme à Rodez et ailleurs

Le maccartisme est le nom donné à la campagne du sénateur américain McCarthy contre les intellectuels, les artistes et les employés fédéraux soupçonnés de sympathies pour le communisme dans les années 50. S’il a donné son nom à cette méthode, il ne l’a pas inventé, la peur de l’extrémisme rouge a toujours été une manœuvre pour discréditer toute critique sociale.

Nous en trouvons une illustration caricaturale dans les colonnes de l’Hebdo du 12 février dernier sous la signature du maire de Rodez. Au prétexte de répondre aux élus de Rodez Citoyen et aux opposants du projet de Malan, Christian Teyssèdre- ou du moins la personne qui lui sert de plume- qualifiera Rodez Citoyen dix-sept fois « d’extrême-gauche ». On refuse l’artificialisation des terres ? C’est de l’extrême-gauche. On s’inquiète pour les commerces du centre-ville ? C’est de l’extrême-gauche. On pose des questions sur certaines subventions ? C’est de l’extrême-gauche etc. La méthode est facile, disqualifier des arguments d’opposants sans y répondre en matraquant une seule et même invective : un extrémisme supposé et incompatible avec un débat politique serein. Il est pourtant une règle en rhétorique que semblent ignorer le maire et ses communicants, c’est que plus le procédé est visible moins il est efficace.

L’heure semble être à ces méthodes. On entend cette même musique jouée par le même bord politique au niveau national. Que l’on s’inquiète de la précarité grandissante d’une part de la population suite au covid, que l’on dénonce l’inaction face aux changements climatiques ou les violences policières, peu importe, il n’y aura pas de débat, pas de réponses, pas de changements politiques, nous serons seulement « islamo-gauchistes ». Et tant pis si ces méthodes viennent de l’extrême-droite et sont saluées par cette dernière, si vous vous en inquiétiez, c’est peut-être que vous êtes vous-mêmes… d’extrême-gauche ou islamo-gauchistes.

One thought on “Le Maccartisme à Rodez et ailleurs

  1. Extrême gauche ? Mais c’est un compliment cher Cricri.
    Je souhaite que ceux qui l’ont poussé à se présenter à la première élection ont le bout des doigts en trognons de pommes !
    Ils se reconnaîtront car ils ont déserté le califat et le gynécée depuis. La gauche molle, telle les oeufs durs de Salvador DALI, celle qui dégouline à droite, beurk.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.