Discrimination sur les temps périscolaires

Nous constatons, au travers de cette note, une nouvelle attaque contre les temps périscolaires.

Après la volonté de réduire les temps d’accueil, l’année dernière, qui a créé une mobilisation des parents pour défendre ce service public.

Vous nous proposez ici de trier les enfants qui auront le droit d’accéder à ces temps d’accueil.

Les temps périscolaires ne sont pas qu’un service proposé aux parents, ce sont des temps aussi où les enfants développent leur sociabilisation.

Aujourd’hui, vous considérez que les enfants qui n’ont pas les deux parents qui travaillent n’ont pas le droit d’accéder au  même service que les autres et sont mieux chez eux.

Pourquoi cette discrimination ?

Pourquoi dès que les agents rencontrent des difficultés pour maintenir le service, votre première proposition est de réduire le service proposé plutôt que d’y mettre réellement les moyens que nécessitent le service ?

Quelle est la légitimité des agents de devoir contrôler si les parents travaillent bien ou si le rendez-vous qu’ils ont est justifié ? N’est-ce pas là une situation créant de la tension entre les parents et les agents ? Rodez Citoyen vous demande ce soir de reconsidérer la problématique de base : les difficultés des agents, et de leur apporter les moyens humains nécessaires afin de pouvoir assurer convenablement ce service public.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.