Tour de France a Rodez

Ce 14 avril 2022, le Conseil Municipal a été amené à voter le budget pour l’accueil du Tour de France le 17 juillet prochain. Mais plusieurs points nous inquiètent sur cet accueil.

Tout d’abord le coût. L’accueil du Tour de France va coûter aux grands Ruthénois 220 000€. Dont 44 000 € payés par la mairie de Rodez et 130 000 € par Rodez Agglomération sur le budget de la taxe de séjour.

Mais à quoi est censée servir cette taxe de séjour ? La taxe de séjour est collectée pour compenser les dépenses liées à l’accueil des touristes (production de déchets …) et pour organiser leur accueil via le financement de l’Office du Tourisme.

Or aujourd’hui, on s’apprête à ponctionner 130 000 € sur cette taxe, non pour pour l’accueil des touristes mais pour une compétition cycliste. Pour rappel, la taxe de séjour a rapporté en 2020, 136 000 € et a été estimée à 150 000 € pour 2021 et 2022.

Sans compter, qu’une question simple, posée au Conseil Municipal est restée sans réponse : A combien d’agents (en équivalent temps plein) correspondent les 91 000 euros de frais de personnel prévus sur cet événement ? Un manque de maîtrise criante du dossier par notre maire et par les adjoints aux sports et aux ressources humaines.

Seconde inquiétude, quelle retombée attendre d’un tel événement. Contrairement à une compétition de basket, de hand, de judo ou autres qui vient s’installer un week-end ou une semaine dans une ville, le Tour de France s’y installe une nuit. Quand on investit 220 000 € d’argent public on pouvait s’attendre à une étude « sérieuse » sur les retombées attendues, surtout que ce n’est pas la première fois que la ville reçoit cette compétition. Mais il n’en est rien, la municipalité n’a aucun chiffre à donner. Seule, une étude faite par la société du Tour de France existe concernant l’édition précédente mais nous n’avons pas encore pu la consulter. Autant dire que demander à la société ASO l’intérêt de son évènement c’est comme demander à une société pharmaceutique le besoin de son médicament.

Ce dont on est sûr c’est que notre ville sera bloquée et se transformera, durant une matinée, en panneau publicitaire géant rapportant beaucoup d’argent à la société ASO.

Dernière inquiétude, le vélo est-il, dans ce contexte, écologique ? Bien que le Tour de France soit un événement populaire prisé de certains grands Ruthénois, nous ne pouvons ignorer son énorme bilan carbone. Des milliers de véhicules* suivant et transportant les coureurs vont, en une matinée anéantir l’obsession de notre maire dans la plantation d’arbres pour paraître écologiste. Et que penser des tonnes de déchets drainés par cet évènement ? Le ramassage et le traitement de ces déchets n’étant pas compris dans les 220 000 € peut-on parler de coûts cachés ? Coûts économique et écologique.

* Quelque deux cents coureurs cyclistes, 2.300 voitures suiveuses, des camions techniques (service d’ordre, secours, presse…), des bus qui parcourent des milliers de kilomètres le long de la « Grande Boucle », des hélicoptères, des avions, sans compter les 10-12 millions de spectateurs qui se déplacent, en camping-cars ou en voitures, pour admirer la course le long des routes. source: Le vrai impact écologique du Tour de France (consoglobe.com)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.